Aura

L'aura est un concept de l'ésotérisme et du New age. Le terme sert à désigner un contour coloré, comme un "halo de lumière" autour d'un corps ou de la tête et qui serait la manifestation d'un champ d'énergie ou d'une force vitale.



Catégories :

New Age - Parapsychologie

Recherche sur Google Images :


Source image : users.belgacom.net
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • L'aura est l'enveloppe du corps physique. Elle est la partie subtile de notre être.... En palpant les différentes couches de l'aura, ces personnes peuvent... (source : espacedeletre)
  • L'aura est l'enveloppe du corps physique. Elle est la partie subtile de notre être.... En palpant les différentes couches de l'aura, ces personnes peuvent... (source : energievitale)
  • L'aura est tout simplement cette énergie visible pour certains….... ce corps sans lui vous ne pourriez plus vous voir comme une personne à part entière et ... (source : clespirituelles.blogspot)

L'aura est un concept de l'ésotérisme et du New age. Le terme sert à désigner un contour coloré, comme un "halo de lumière" autour d'un corps ou de la tête et qui serait la manifestation d'un champ d'énergie ou d'une force vitale.

Les auras ne pourraient être perçues que par des individus pourvus d'un pouvoir psychique spécial ou ayant subi un entraînement correct, parmi ces personnes nous pouvons compter les voyants, médium et autres personnes se disant posséder des capacités extrasensorielles.

Mais en partant du principe que l'aura est membre du champ visuel de ceux qui prétendent la voir, ils ne pourraient par conséquent pas, sans influence extérieure, y voir un côté surnaturel puisque il leur semblerait apparaitre comme n'importe quel autre élément de leur environnement visuel. Plus de personnes qu'on ne pourrait le croire possèderaient alors ce don de percevoir les aura.

Les couleurs de l'aura auraient une signification spécifique : à chaque couleur spécifique serait associée une note de la gamme, une planète du dispositif solaire, et certains problèmes de santé.

Histoire

Il est probable que le concept d'aura dont parle la parapsychologie vient de très loin, certainement de l'Antiquité.

L'imaginaire romain antique avait, en effet, son aura. Il s'agit, au départ, d'air en mouvement, d'une brise légère qui pouvait, en particulier dans le domaine des arts plastiques, gonfler une draperie au-dessus de la tête de certaines divinités ou de héros/héroïnes particulièrement méritants (aura velificans). Le motif de l'aura, qui indique toujours la valeur et le mérite personnel, était lié à la lumière dès l'époque d'Auguste (Ier siècle avant Jésus-Christ), pour des raisons philosophico-religieuses. Mais dans l'Antiquité, jamais personne ne dit voir cet air impalpable. Le terme reste toujours dans le domaine de l'art et de la poésie.

Balzac décrit son personnage Séraphîta comme un peu enveloppée d'un brouillard couleur d'opale qui s'échappait à une faible distance de ce corps presque phosphorique" (Séraphîta, 1833).

Selon Rudolf Steiner, dans Théosophie (1904), l'aura comprend deux éléments : «l'un reçoit de l'existence physique sa forme et sa coloration, l'autre les reçoit de l'existence spirituelle» (p. 52), «L'homme complet est deux fois plus haut et quatre fois plus large que son corps physique» (p. 133).

Walter J. Kilner a rédigé le grand classique sur l'aura : The Human Atmosphère ou ""The Human Aura" (1911). Il prétendait avoir créé des lunettes, les “lunettes de Kilner”, rendant visible l'aura humaine !

D'après Franz Bardon, "en ce qui concerne la femme, l'aura de sa tête est de nature électrique, dessinée en rouge, tandis que celle de ses parties génitales est de nature magnétique. Quant à l'homme, le processus s'inverse" (Le chemin de la véritable initiation magique, 1956, trad. p. 16).

Le thème des auras a connu un regain de notoriété dans les années 1960 puis à nouveau dans les années 1990, après la parution du livre Les enfants indigo : Enfants du troisième millénaire du couple Lee Carroll et Jan Tober (qui se présentent comme des intermédiaires entre les humains et les extraterrestres), suivi par le film Indigo, produit et mis en scène par James Twyman, Neale Donald Walsch et Stephen Simon  : Les enfants indigo se caractériseraient par une aura de cette couleur et seraient des enfants surdoués (ou en échec scolaire), mais dont l'intelligence et la maturité spirituelle seraient supérieures.

En 1972, Stanley Krippner a organisé à New-York le premier congrès sur l'aura humaine.

Description

Selon ceux qui croient en l'existence de l'aura, ce halo lumineux entourant le corps serait comme une propriété des êtres vivants, à distinguer du corps éthérique qui épouserait toute la surface de la peau est le plus souvent décrit comme ayant à peu près deux centimètres d'épaisseur.

La vision de l'aura est fréquemment décrite comme la résultante de perceptions spontanées (sur fond sombre) ou d'un entraînement. Certaines personnes "sensitives" ou individus médium seraient ainsi capables de discerner des émotions ou maladies d'un être vivant, suivant les couleurs de son aura. D'autres réaliseraient une sorte de «portrait psychique» (les parapsychologues parlent alors de «lecture d'aura»). Les couleurs de l'aura sont rapportées comme évoluant suivant les émotions des sujets étudiés.

Parmi les thérapeutes médiums revendiquant des investigations dans ce domaine, Barbara Ann Brennan affirme développer une vision holistique de la médecine.

Effet Kirlian

Article détaillé : Photographie Kirlian.

Le russe Semyon Kirlian, en 1939, a créé un appareil de photographie qui rend visible un phénomène que certains n'hésitant pas à interpréter comme des prises de vue de l'aura.

Les scientifiques objectent cependant que l'effet observé n'est dû qu'à l'inhomogénéité de la répartition des charges électriques à la surface de la pellicule du fait de l'humidité inhérente à chaque être vivant, humidité superficielle qui s'ionise sous l'effet de la tension électrique et se dépose sur le film (effet corona).

Recherche scientifique

Selon un article de l'Agence Science-Presse[1], la vision des auras est dû à un trouble neurologique nommé synesthésie. En 2004, le psychologue britannique Jamie Ward a publié un article dans la revue Cognitive Neuropsychology[2] qui étudie le cas d'une personne qui perçoit des couleurs suivant les émotions qu'elle ressent pour des objets, des mots ou des personnes. Il fait le parallèle avec les interprétations mystiques (aura, champ d'énergie) et note qu'il n'est pas complexe d'imaginer comment des personnes atteintes de synesthésie ont pu croire que les couleurs émanaient des gens plutôt que de leur cerveau.

Depuis les années 1970, les tentatives d'explication sont nombreuses. Les neurologues invoquent une série de mauvaises connections entre les neurones qui seraient survenues dès l'enfance. Deux zones du cerveau proches l'une de l'autre attirent leur attention : l'une, nommée le cortex rétrosplénial, associée aux émotions, l'autre, nommée V4, associée à la vision des couleurs.

Une personne sur 2000 souffrirait de synesthésie, selon une étude américaine remontant à 1996. Cette maladie se définit par un dysfonctionnement des sens, surtout de la vision, qui conduit à voir des halos de couleur émanant de gens, d'objets, et même de mots sur un papier.

Point de vue sceptique

Selon des sceptiques comme Robert Todd Carroll, certaines personnes veulent nous faire croire que des personnes spéciales (ou tout le monde après initiation) peuvent voir des auras qui sont impossibles à détecter, personne n'ayant jamais pu mesurer une aura ou la supposée énergie qui en serait la source même avec des appareils bien plus sensibles que le corps humain, comme dans la tomographie à émission de positron[3]. Les sceptiques rappellent que ce n'est parce que on peut percevoir des auras que c'est une preuve qu'elles, ou un champ d'énergie, existent dans le monde physique ou surnaturel. La vision d'auras peut être dû à des migraines, l'épilepsie ou d'autres troubles visuels ou neurologiques. La majorité des exercices pour percevoir les auras exploitent des phénomènes naturels de vision comme la fatigue de la rétine ou des illusions d'optiques et ne sont pas des «pouvoirs psychiques».

Une voyante d'aura désignée par le Berkeley Psychic Institute a été testée lors d'une expérience diffusée à la télévision dans une émission animée par Bill Bixby dans le cadre d'un concours de James Randi, elle a échoué à deviner la présence de personnes dissimulées par des paravents tandis qu'elle prétendait percevoir une aura au dessus.

Notes et références

  1. L'aura, c'est dans la tête!, Pascal Lapointe, Agence Science-Presse, 2 novembre 2004.
  2. (en) Emotionally mediated synæsthesia, Jamie Ward (University College London), Cognitive Neuropsychology, Volume 21, Issue 7, octobre 2004, pages 761-772.
  3. Aura, dictionnaire sceptique

Bibliographie

(par ordre alphabétique)

Annexes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Aura_%28parapsychologie%29.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu