Corps astral

En occultisme, le corps astral fait partie des sept corps dont les êtres humains sont censés être constitués, le troisième, après le corps physique et le corps éthérique.



Catégories :

Ésotérisme - Occultisme

Recherche sur Google Images :


Source image : www.stephanesocquetmagnetiseur.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Les Éléments agissent dans l'Ame, c'est à dire le corps astral, de la même façon qu'ils le font dans le corps physique. Le corps astral est lié, ... (source : shamanes)
  • ... Le corps astral est particulièrement subtil, il flotte dans les airs comme un... et de l'imagination… le monde de l'âme … le monde du subconscient..... (source : mystereetparanormal.unblog)

En occultisme, le corps astral fait partie des sept corps dont les êtres humains sont censés être constitués, le troisième (voir Septénaire), après le corps physique et le corps éthérique. Le corps astral est constitué de substances et forces empruntées au plan astral. Le corps astral posséderait aussi des organes suprasensibles appelés différemment selon les traditions ésotériques, comme les fleurs de lotus ou chakras par exemple. Parmi les êtres vivants sur terre seuls les humains et les animaux ont un corps astral. Le corps astral, perceptible seulement par la clairvoyance, entoure les êtres vivants animés d'une sorte d'aura parcourue par des courants colorés et lumineux reflétant leur état psychique.

Synonymes[1] : "âme sensitive", "corps de désir", "corps émotionnel", evestrum (Paracelse), kâma-rupa (en sanskrit, forme de désir), linga-sharîra (corps-signe).

Histoire de la notion

"Différent de ce soi qui consiste en l'essence de l'énergie vitale [le prânamaya-kosha, l'enveloppe vitale, le corps éthérique], quoique localisé au sein de l'enveloppe de ce dernier, se trouve un autre soi intérieur qui, lui, est fait de conscience, de matière mentale (manas). Oui, c'est par lui qu'est remplie l'enveloppe d'énergie vitale. Et ce Soi possède aussi la forme humaine, calquée sur celle de l'enveloppe d'énergie vitale. Les mantra [formules liturgiques] du Yajur-Véda sont bel et bien sa tête ; ceux du Rig-Véda sont son flanc droit ; ceux du Sâma-Véda, son flanc gauche ; la portion des Véda portant le nom de Brâhmana est son tronc ; les mantra “vus” par Atharvangiras, le Rishi [prophète des Véda], sont ses membres inférieurs et son support. " Taittirîya-Upanishad [1] (VIIe s. av. J. -C. ).
"Cette théorie admet entre le corps physique et l'anatomie et l'esprit immortel et la psychologie un principe intermédiaire chargé d'assurer les relations des deux extrêmes et qui relève du domaine de la physiologie. (... ) Les anciens hermétistes nommaient ce principe corps formateur ou corps astral et c'est à lui qu'ils attribuaient cette conservation et cet entretien des formes de l'organisme. Or, je puis dire que l'étude de ce corps astral, que je poursuis depuis bientôt dix ans, m'a permis d'établir une explication particulièrement scientifique de ces étranges phénomènes hypnotiques et spirites qui déconcertent tant en ce moment certains professeurs de la Faculté de Paris. " ("Notes d'autobiographie spirituelle", in L'Initiation, déc. 1895).



Manifestations

Quels phénomènes ou quelles expériences, selon les ésotéristes, pourraient servir de "preuve" à l'existence du corps astral ?

  1. le sommeil profond. L'existence du corps astral serait attestée par le sommeil profond sans rêve. Selon Rudolf Steiner, "chaque soir, en s'endormant, l'homme sort de son petit univers, de son microcosme, pour entrer dans le grand univers, le macrocosme, et il s'unit à ce macrocosme en y répandant son corps astral et son Je" (Macrocosme et microcosme, p. 29).
  2. les expériences d'hypnotisme, de magnétisme animal. Certaines ont été exposées par Alfred Binet et Charles Féré [4] [22]. Les passes magnétiques, les séances d'hypnose permettraient de séparer le corps astral du corps physique.
  3. la bilocation. Lorsque des saints se trouvent, dit-on, en deux lieux à la fois, il y aurait le corps physique en un lieu, le corps astral en un autre. "Jeanne-Marie Bonomo (de Bassano) relate elle-même des détails de ses voyages. Elle se trouvait, pendant ses extases, transportée dans des lieux éloignés, adressant la parole et donnant des conseils à certaine spersonnes qui en éprouvaient le besoin et qui attestèrent l'avoir vue et entendue tandis que les religieuses de sa congrégation affirment qu'elle n'avait pas quitté sa cellule" (Hélène Renard, Des prodiges et des hommes, 1989, Pocket, p. 231-232).
  4. le voyage astral. Lors de l'expérience de décorporation, de Out-of-Body-Experience, le corps astral se détacherait et vivrait une vie autonome. Voici le témoignage de Mollie Fancher, de New York :'Je tombe en extase, je sors de moi-même, je vais deçi de là, et je vois énormément de choses. Quelquefois j'entre dans une maison, je regarde la disposition des pièces, mais je n'aperçois personne. D'autres fois, je vois des gens et rien d'autre. "[23] Les psychiatres ne sont pas d'accord sur cette interprétation.
  5. la transe chamanique. Le chaman déclare d'une part que la maladie est due au fait que le malade a subi une perte de l'âme, d'autre part qu'il va le guérir en sortant lui-même de corps, soit de façon volontaire soit de façon involontaire, et en état de transe soit cataleptique (auquel cas son corps physique est immobile au sol) soit somnambulique (auquel cas il s'agite, danse, chante, mime le voyage, imite un animal).
  6. "l'enfer". Selon les partisans de la réincarnation, de l'école théosophiste (Helena Blavatsky) ou anthroposophique (Rudolf Steiner), après la mort se produit un moment de purification de l'âme, où les passions sont purgées : alors, le corps astral est nettoyé de ses passions. Omraam Mikhaël Aïvanhov rédigé dans L'homme à la conquête de sa destinée (1981), p. 161 : «[Voici, à la mort], les différents corps dont vous devez vous libérer les uns après les autres : en premier lieu le corps physique, puis, quelques temps après, une semaine ou deux, le corps éthérique ; ensuite le corps astral, et , là, c'est braucoup plus long, parce que, dans le plan astral, sont entassés les passions, les convoitises, l'ensemble des sentiments inférieurs. Et c'est cela l'Enfer : le plan astral, et le plan mental inférieur où on doit rester quelques temps pour se purifier. Par la suite vous vous libérez du corps mental, et c'est là que débute le Paradis, avec le premier ciel, le deuxième ciel, le troisième ciel…» -Ces affirmations, évidemment, sont des croyances, pas des vérités prouvées.
  7. les fantômes. Pour Paracelse, "si on affirme avoir vu le défunt en personne, ce n'est pas la vérité. Ce qu'on a vu, ce n'était que son corps astral qui, lui aussi, était mort, comme le corps enseveli" (La Grande astronomie, p. 176). Selon les spirites, le corps éthérique qui se désagrège forme un spectre, alors que le corps astral qui se désagrège forme un fantôme.

Idées

Satyananda : "Les attributs du corps astral sont trois : enfumé, solide et éclairé" (Kundalinî tantra, Éditions Swam, 2007).

La luminosité et l'ampleur du corps astral dépendent de la qualité et du niveau d'évolution émotionnel, intellectuel et spirituel des individus. La substance du corps astral est constamment en mouvement. Le corps astral permet la sensation et est aussi le véhicule des sentiments, des émotions et des désirs. Pour cette raison, il est fréquemment nommé kama rupa ou "corps des désirs" ou encore quelquefois "âme animale" dans les rédigés anciens. À chaque affect spécifique correspondrait une lumière colorée dans le corps astral[24] (tout comme la vision due à certaines synesthésies entre sons et couleurs). Le corps astral est aussi le siège du plaisir et de la douleur. Les impressions venant de l'environnement matériel agissent en premier lieu sur le corps physique, sont transmises par la vitalité ou prana au corps astral, qui par son principe kamique transforme l'impression en sensation. On expliquerait ainsi l'absence totale de sensations des individus connaissant des extases[25], leur corps astral étant détaché (insensibilité des membres physiques exposés à la flamme d'une bougie, aux piqûres d'aiguilles, par exemple).

Selon Annie Besant, "la connaissance des phénomènes du monde astral nous est transmise par le corps pituitaire" (La vie occulte de l'homme, p. 52).

Les ésotéristes mettent en parallèles les corps subtils et les plans subtils, c'est-à-dire les niveaux du monde invisible. Il y aurait dans le macrocosme, dans le monde, un plan éthérique, comme dans le microcosme, dans l'homme un corps éthérique ; un plan astral, etc.

Le "cordon d'argent"

Le "cordon d'argent" ou "corde astrale" serait un mince câble lumineux, composé de nombreux fils ou filaments, illimitément extensible, reliant le corps physique (l'organisme) au corps éthérique (la force vitale).

Article détaillé : Cordon d'argent.

Le "voyage astral"

Il est envisageable que ce qu'on nomme "voyage astral", "projection astrale", out-of-the body experience, se rapporte au corps astral, qui se détacherait du corps physique. Le cofondateur de la Société Théosophique, le colonel Henry Steel Olcott a confié dans son journal intime Old Diary Leaves (1895-1935), qu'il avait expérimenté plusieurs fois des sorties hors du corps. Il fait part de ses observations sur le corps astral, à savoir qu'il peut être dangereux de se dédoubler avec un double trop dense, si ce dernier se trouve exposé à des coups, lacérations, objets contondants. Le corps physique réagirait comme s'il avait été lui-même exposé à ces chocs ou pénétrations. Il a appelé cet effet : «répercussion». Ce phénomène de répercussion est corroboré par Yram, Hector Durville et Sylvan Muldoon qui expliquent que c'est «le cordon d'argent» qui transmettrait l'ensemble des sensations d'un véhicule à un autre, c'est-à-dire du corps astral au corps physique. Henry Steel Olcott a traduit en anglais un ouvrage français qui parlait de cette envisageable dissociation et de cette répercussion : Essai sur l'Humanité posthume de A. Assier (1883).

Bibliographie

(par ordre alphabétique)

Notes et Références

  1. Pierre A. Riffard, Nouveau dictionnaire de l'ésotérisme, Payot, 2008, p. 69.
  2. Christian Jacq, La sagesse égyptienne (1981), Pocket, 1997, p. 141.
  3. Christian Jacq, apud Dictionnaire critique de l'ésotérisme, PUF, 1998, p. 197.
  4. Valéry Sanfo, Les corps subtils, trad., Paris, De Vecchi, 2008, p. 106.
  5. Bernard Bouanchaud, Les Sâmkhya-Kârikâ d'Isvarakrsna, Agamat, 1998.
  6. Franz Cumont, Les religions orientales dans le paganisme romain (1906), p. 282 ; Les Mystères de Mithra (1894-1900), t. I, p. 15.
  7. Astrologie en Mésopotamie, Les dossiers d'archéologie, n° 191, mars 1994, p. 47, 50, 70.
  8. Pierre A. Riffard, Ésotérismes d'ailleurs, Robert Laffont, coll. "Bouquins", 1997, p. 382-383.
  9. Édouard des Places, in Jamblique Les Mystères d'Égypte, Les Belles Lettres, 1966, p. 26.
  10. Corpus Hermeticum, traité I : Poimandrès, § 25, trad. du grec André-Jean Festugière, Les Belles Lettres, 1945-1954, t. I, p. 15-16 ; traité X.
  11. André-Jean Festugière, Études de philosophie grecque, Vrin, p. 480.
  12. Proclos, Elements of Theology, éd. par Eric Robertson Dodds, Oxford, p. 313 : "The Astral Body in Neoplatonism". Voir Proclos, Commentaire du Timée, Vrin, t. III p. 237, t. II p. 164. Marinus, Vie de Proclus, Les Belles Lettres, p. 68.
  13. R. C. Kissling, "The όχημα-πνεύμα) of the neoplatonicians and the ‘De Insomniis'of Synesius of Cyrinth", American Journal of Philology, XLIII, 1922.
  14. Marsile Ficin, Les trois livres de la vie (1489), III, 21 : Opera omnia p. 563. Voir D. -P. Walker, La magie spirituelle et angélique. De Ficin à Campanella (1958), Dervy, 1988.
  15. Marsile Ficin, Théologie platonicienne, VII, 6 : Opera omnia, p. 177.
  16. Marsile Ficin, Théologie platonicienne, XVIII, 4 : Opera omnia, p. 404.
  17. Helena Blavatsky, Glossaire théosophique (1892), Adyar, 1981, p. 105, 217.
  18. Arthur E. Powell, Le corps astral et autres phénomènes astraux, Éditions Adyar, 1928.
  19. Rudolf Steiner, La science de l'occulte (1910), chap. II : L'être humain
  20. Otto Julius Hartmann, Approche de l'anthroposophie, 1950, Éditions Triades, Paris, 2000
  21. Robert Monrœ, Le voyage hors du corps (1971), trad., Monaco, Editions du Rocher, 1989. Jeanne Guesné, Le grand passage. Les leçons de mes voyages hors du corps, 1978.
  22. Binet et Féré, Le magnétisme animal (1887), L'Harmattan, 2006.
  23. H. Thurston, Les phénomènes physiques du mysticisme, Rocher, 1990, p. 369.
  24. Anne Givaudan & Daniel Meurois, Les robes de lumière, Le Perséa, 2003.
  25. Sbalchiero Patrick (dir. ), , Dictionnaire des miracles et de l'extraordinaire chrétiens, Fayard, 2002.

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Corps_astral.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu