Harry Houdini

Harry Houdini, né Ehrich Weiss à Budapest en Hongrie le 24 mars 1874 et mort le 31 octobre 1926 à Détroit dans le Michigan, est un prestidigitateur américain d'origine hongroise.



Catégories :

Naissance à Budapest - Prestidigitateur américain - Parapsychologie - Spiritisme - Nom de scène - Naissance en 1874 - Décès en 1926

Recherche sur Google Images :


Source image : www.tqnyc.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Harry Houdini fait partie des plus extraordinaires magiciens de son temps, mais c'est avant tout une "superstar". Né Erich Weiss, ce fils d'un rabbin hongrois... (source : ma-tvideo.france2)
  • Harry Houdini fait partie des plus extraordinaires magiciens de son temps, mais c'est avant tout une "superstar". Né Erich Weiss, ce fils d'un rabbin hongrois... (source : ma-tvideo.france3)
  • Fils d'un rabbin hongrois, Ehrich Weiss est reconnu comme l'un des pères de la magie... Harry Houdini est le plus grand prestidigitateur au monde, ... (source : evene)
Harry Houdini en 1899.
Harry Houdini faisant disparaitre un elephant (1918).
Houdini nageant dans les chutes du Niagara, dans une scène du film The Man from Beyond (1922)
Affiche du film The Master Mystery (1919).

Harry Houdini, né Ehrich Weiss à Budapest en Hongrie le 24 mars 1874 et mort le 31 octobre 1926 à Détroit dans le Michigan (États-Unis), est un prestidigitateur américain d'origine hongroise.

Enfance

Houdini est né à Budapest en Hongrie. Une copie de son certificat de naissance fut trouvée et publiée dans le «Rapport du Comité de Recherche sur la Naissance d'Houdini» (1972). À partir de 1907, Houdini prétendra être né le 6 avril 1873 à Appleton dans le Wisconsin.

Le père d'Houdini était Mayer (Mayo) Samuel Weiss (1829-1892), un rabbin ; sa mère était Cecilia Steiner (1841-1913). Ehrich avait 6 frères : Herman M. (1863-1885)  ; Nathan J. Weiss (1870-1927)  ; Gottfried William Weiss (1872-1925)  ; Theodore Weiss (Dash) (1876-1945)  ; Leopold D. Weiss (1879-1962) et Gladys Carrie Weiss (1882- ?).

Il émigra avec sa famille aux États-Unis le 3 juillet 1878, à l'âge de 4 ans, sur le SS Fresia avec sa mère, alors enceinte, et ses quatre frères. Son nom sur la liste était Ehrich Weiss. Ses amis l'appelaient "Ehrie" ou "Harry".

Ils vécurent dans un premier temps à Appleton dans le Wisconsin, où son père était rabbin de la Congrégation de Réforme Sioniste Juive. En 1880, sa famille vivait sur "Appleton Street". Le 6 juin 1882, le rabbin Weiss devint citoyen américain. Après avoir perdu ses droits, il alla à New York avec Ehrich en 1887. Ils vivaient dans un pensionnat de famille localisé sur "East 79th Street". Le reste de la famille les rejoignit quand il trouva un logement plus stable.
Enfant, Ehrich eut plusieurs emplois avant de devenir champion de cross country. Il fit ses premières apparitions publiques dès l'âge de 9 ans, comme trapéziste, se surnommant lui-même "Ehrich, le prince des airs". Il devint magicien professionnel et commença à se faire appeler "Harry Houdini" car il était fortement influencé par le magicien français Jean Eugène Robert-Houdin, et son ami Jack Hayman lui dit qu'en français, le fait d‘ajouter un «i» à Houdin signifiait «comme Houdin».
Plus tard, Houdini déclara que son nouveau prénom Harry était un hommage à Harry Kellar. Cependant, Harry est naturellement dérivé de "Ehrie".

Carrière

Il débute sa carrière comme magicien dans les foires, accompagné de son frère Théodore.

En 1893, il fait la connaissance de sa femme Wilhelmina Béatrice Rahner (Bess Raymond), qu'il surnomme Bessie. Elle rejoint le duo Houdini et ils se marient la même année.

Avant de devenir célèbre il sera le compagnon de tournée des Trois Keaton dans un "Medecine show". Il est intéressant de savoir que le troisième Keaton est Joseph Frank "Buster" Keaton et que ce dernier tient son nom de Houdini lui-même. Après une chute du jeune garçon, Houdini s'écria "What a Buster" et le nom resta.

Ses meilleurs tours consistent à s'évader d'une malle remplie d'eau, fermée et enchaînée, ou d'un bidon en métal.

Au moment où naît le spiritisme, il cherche à démasquer les faux médiums en parcourant le pays. D'autres scientifiques s'intéressent aussi de très près aux médiums, comme l'American Society for Psychical Research, ou Pierre et Marie Curie, mais il ne rend visite qu'à ceux soupçonnés d'imposture pour tenter de les démasquer.

Cette activité lui coûte l'amitié de Sir Arthur Conan Doyle, le créateur de Sherlock Holmes. Après la mort de sa femme et de certains de ses proches, Conan Doyle s'était mis à croire au spiritisme. Il croyait mais aussi Houdini possédait de véritables pouvoirs paranormaux, qu'il utilisait pour bloquer ceux des médiums qu'il confondait.

Cette méthode lui permet néanmoins d'accroître sa notoriété. Il garde secrètes ses meilleures astuces mais prend le soin de montrer qu'il y a toujours un truc dans ses tours, accessibles au commun des mortels, tout en recommandant au public non entraîné de ne pas les tenter vu le danger qu'ils représentent.

En 1908, il publie le livre The Unmasking of Robert-Houdin (Robert-Houdin démasqué) où il s'attaque violemment à la réputation de Robert-Houdin, minimisant la révolution de la prestidigitation que ce dernier aurait apporté. La justification de cette attaque est toujours discutée entre les magiciens eux-mêmes : Houdini voulait avoir la réputation du plus grand magicien de l'ensemble des temps, et cela l'amena à des imprudences. Il affirmait par exemple pouvoir comprendre n'importe quel tour de prestidigitation s'il le voyait faire trois fois. Dai Vernon, qui fut consacré plus tard comme étant une des plus grandes figures de la prestidigitation, lui présenta un tour sept ou huit fois, et Houdini dut s'avouer vaincu : Vernon en profita pour ajouter dans ses publicités : "The Man Who Fooled Houdini", l'homme qui a trompé Houdini.

Cela donne une idée de la réputation immense qu'Houdini avait à cette époque.

Décès

Le 22 octobre 1926, au Princess Theatre de Montreal, Houdini, alors en train de se faire peindre par un jeune artiste, reçoit la visite de l'étudiant de l'Université McGill Joselyn Gordon Whitehead. Houdini avait l'habitude de demander à quelqu'un dans le public de lui infliger un coup de poing dans le ventre, pour prouver qu'il était invincible. Whitehead lui demanda alors s'il pouvait effectivement endurer des coups au ventre, à quoi Houdini aurait répondu par l'affirmative. L'étudiant se précipita alors sur Houdini et le frappa violemment, sans avertissement, à de multiples reprises au bas ventre. Dès l'après-midi, le magicien se plaint de douleurs.

Quelques jours plus tard, dans sa chambre privée à Détroit, peu avant une de ses représentations, son médecin l'examine et reporte une fièvre à 40°. Houdini refuse cependant d'annuler sa représentation qu'il effectue non sans difficultés. Quelques jours plus tard, le jour d'Halloween, Houdini décède d'une péritonite consécutive à une rupture de l'appendice. Le fait que les dommages de son appendice aient été ou non causés par les coups qu'il reçut de Whitehead fait actuellement l'objet de controverses. Houdini souffrait en effet depuis plusieurs mois de douleurs au ventre. Ces faits ont été décrits et discutés surtout dans le premier chapitre du livre The Edge of the Unknown (les frontières de l'inconnu) d'Arthur Conan Doyle, publié en 1930.

Un de ses descendants (en lien avec les auteurs d'une biographie controversée d'Houdini) a réclamé le lundi 26 mars 2007 à la justice américaine une exhumation, pour faire pratiquer une autopsie et tordre le cou, ou pas, à la rumeur qui court toujours selon laquelle le magicien aurait été assassiné.

Il laisse à sa mort l'une des plus grandes collections de livres sur la magie à la Bibliothèque du Congrès.

Pour Houdini, l'unique objectif de la pratique du spiritisme, même s'il n'y parvint jamais, est d'entrer en contact avec l'esprit de sa mère disparue en 1913, seule preuve pour lui que ces phénomènes psychiques puissent exister.

Sa biographie a été publiée par James Randi, un collègue prestidigitateur et sceptique.

Œuvres

Houdini publia de nombreux livres durant sa carrière (dont certains furent rédigés par son ami Walter Brown Gibson, le créateur de The Shadow)  :

  • The Right Way to Do Wrong (1906)
  • Handcuff Secrets (1907)
  • The Unmasking of Robert Houdin (1908)
  • Magical Rope Ties and Escapes (1920)

Notes et références

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Houdini.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu