Miracle

Un miracle est un fait extraordinaire ou surnaturel, attribué à une puissance divine et accompli soit directement, soit par l'intermédiaire d'un serviteur de cette divinité.



Catégories :

Miracle - Croyance médiévale - Magie

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.dreamstime.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Acte de la puissance divine contraire aux lois connues de la nature; Chose extraordinaire, d'un hasard merveilleux, du fait qu'un événement... (source : fr.wiktionary)
  • Le miracle chrétien (miraculosus, miraculum qui vient de mira qui veut dire voir) peut en d'autres mots se traduire comme merveilleux... (source : hst.ulaval)
  • dans un sens plus exact & plus philosophique veut dire un effet qui n'est la suite d'aucune des lois connues de la nature, ou qui ne sauroit s'accorder avec ces lois.... (source : fr.wikisource)
Iconographie chrétienne du miracle

Un miracle est un fait extraordinaire ou surnaturel, attribué à une puissance divine et accompli soit directement, soit par l'intermédiaire d'un serviteur de cette divinité. Les miracles ne sont pas explicables scientifiquement et ce pour deux raisons :

Sens catholique

Trois signifiants définissent le miracle : C'est un fait prodigieux d'ordre surnaturel survenant dans un contexte religieux qui manifeste une intervention spéciale et gratuite de Dieu adressant aux hommes un signe sensible de sa présence dans le monde


Dans la religion catholique, le miracle ne se limite pas à sa composante extraordinaire et inexplicable par la connaissance scientifique : de tels phénomènes extraordinaires peuvent (dans cette interprétation) être obtenus par des actions de magie ou de théurgie, sans qu'il y ait un miracle au sens propre. Pour le catholicisme, le miracle est l'intervention directe de la puissance de Dieu. Ceci exclut l'intervention de puissance intermédiaire d'esprits ou de démons, qui peuvent aussi provoquer des phénomènes inexplicables sous forme de phénomènes paranormaux.

Pour pouvoir parler de miracle, il faut habituellement montrer que le phénomène extraordinaire constaté a eu un effet conforme au plan de Dieu. Le miracle se définit par conséquent avant tout par son effet comparé à l'avancement de la foi : si l'effet a été positif, il est envisageable de parler de miracle. Inversement, si l'effet est négatif, le phénomène extraordinaire sera interprété comme l'intervention envisageable d'un esprit, mais non comme l'intervention effective de Dieu.

Différentes connotations du mot

Quoiqu'on entende fréquemment par miracle les miracles de Dieu, le dieu abrahamique, n'importe quelle divinité peut effectuer des miracles. On pense surtout aux divinités des religions polythéistes comme les religions grecque, scandinave ou pré-colombiennes. Cependant, il semble que l'émerveillement soit plus particulièrement associé aux religions monothéistes : pour les religions antiques, les miracles, tout surnaturels qu'ils soient, ne sont pas extraordinaires.

Un autre sous-entendu est qu'un miracle est nécessairement bénéfique. Ici encore, dans une optique d'un Dieu bon, c'est le plus souvent le cas. Les miracles censément accomplis par Jésus de Nazareth (résurrection de Lazare, multiplication des pains... ) sont ceux qui sont les plus familiers des chrétiens. Dans le monde musulman, la venue du Coran sur terre est un miracle, ou bien toujours le voyage nocturne de Mahomet. Cependant, un miracle peut particulièrement bien être négatif, comme les plaies d'Égypte ou le Déluge, pour rester dans les religions abrahamiques. Quant aux «miracles» (s'ils ne sont jamais nommés ainsi, techniquement, c'en sont ) des dieux grecs, ce sont rarement des interventions véritablement bénéfiques (que on parle de la transformation d'Arachné en araignée pour cause d'hubris, ou d'égarement en mer d'Ulysse par Poséidon ou même de la métamorphose de Narcisse en narcisse).

Le miracle en ésotérisme

En ésotérisme / occultisme s'opposent deux concepts :

Dans les deux cas, une explication scientifique est beaucoup accessoire. Le miracle vient «d'en haut», tandis que le prodige vient d'en bas. Si dans un sens courant, on dit d'un thaumaturge qu'il «accomplit des miracles», c'est par définition incorrect : il accomplit des prodiges (il s'agit d'une métonymie). Seul un être divin ou son représentant (son «conduit») peut accomplir un miracle.

Sens courant

Un autre métonymie est le sens actuel du mot miracle. Un miracle selon l'entendement commun étant à la fois mémorable, invraiidentique et bénéfique, on dit d'une personne qu'elle accomplit des miracles lorsqu'elle produit un haut-fait, quelque chose reconnu comme particulièrement complexe.

Par un affaiblissement sémantique toujours plus poussé, un tel «miracle» peut simplement être une action particulièrement utile et assez complexe.

Critique du miracle

Comme pour tout phénomène surnaturel, l'existence avérée des miracles est un sujet de litige entre croyants (religieux ou ésotéristes) et rationalistes pour lesquels il s'agit de phénomènes naturels que les connaissances contemporaines du miracle ne pouvaient expliquer ou d'interventions habiles et subtiles aussi explicables qu'un tour de magie.

Ernest Renan écrivit : «C'est au nom d'une constante expérience que nous bannissons le miracle de l'Histoire.»

Les miracles actuellement

Il y a peu de miracles en Occident, à quelques rares exceptions près comme Lourdes, force est de constater que les miracles sont rapportés en particulier dans les pays du Sud et les sociétés pauvres. Une exception notable : les États-Unis, où il y a eu des références à des apparitions divines dans des biscottes, des moules de chocolat ou divers produits, des gens reconnaissant régulièrement la silhouette de Jésus ou de la Vierge dans la forme d'une tache quelconque. La personne concernée est généralement particulièrement religieuse et ne demandait qu'à voir ce qu'elle prétend avoir vu. Les sceptiques parlent par conséquent fréquemment d'effet placebo.

Ces objets, de même que la respectant les traditions statue qui pleure, finissent fréquemment vendus sur eBay[1], [2], ce sont des pareidolie.

D'après un sondage de l'IFOP effectué en 2004, 42% des Français croyaient aux miracles[3]

35% des Français affirment croire aux miracles, selon un sondage de l'institut TNS-Sofrès réalisé en face-à-face les 6 et 7 juillet 2006 auprès d'un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population, selon la méthode des quotas. 62% des personnes interrogées ne croient pas aux miracles et 3% n'ont pas d'opinion sur le sujet, 31% y voient «un phénomène qu'on ne peut expliquer», 27% «un événement heureux auquel on ne s'attendait pas» et uniquement 8% «une intervention de Dieu».

Références
  1. Jackson's face'appears on toast', bbc. co. uk, 21 juin 2005.
  2. 'Virgin Mary'toast fetches 28, 000, bbc. co. uk, 23 novembre 2004.
  3. Claire Chartier, «Saint suaire, Vierge de Guadalupe, dalaï-lama... Les grandes énigmes du sacré», dans L'Express du 27 juillet 2006, [lire en ligne]

Bibliographie

  • Patrick Sbalchiero, L'Église face aux miracles. De l'évangile à nos jours, Fayard, 2007.


Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Miracle.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu