Spiritisme / Doctrine spirite / Codification spirite

Le spiritisme ou doctrine spirite est le nom donné à la philosophie contenue dans les cinq livres fondamentaux du spiritisme, codifiée par Allan Kardec, et publiée à l'origine à Paris entre 1857 et 1868,.



Catégories :

Spiritualité autres - Spiritisme - Médium - Parapsychologie - Concept philosophique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Allan Kardec (Œuvres Posthumes - Constitution du Spiritisme - VI).... du CSI se basent sur la Doctrine Spirite codifiée par Allan Kardec et sur les livres qui, ... L'Esprit de Vérité (L'Evangile Selon le Spiritisme - chapitre XX - 5)... (source : spiritist)
  • Les Esprits se réincarnent tout autant de fois que indispensable pour leur propre... sur la base des principes de la Doctrine Spirite et selon la morale chrétienne.... Livres de la Codification Spirite L'étude des ouvrages d'Allan Kardec est ... (source : users.skynet)
  • Le terme Spiritisme a été créé par Allan Kardec pour des raisons qu'il explique lui-même... Nous dirons par conséquent que la doctrine spirite ou le spiritisme a pour... le Livre des Esprits, qui est l'ouvrage majeur de la codification spirite, ... (source : institutamelieboudet)
Allan Kardec (1804-69), codificateur du spiritisme

Le spiritisme ou doctrine spirite est le nom donné à la philosophie contenue dans les cinq livres fondamentaux du spiritisme, codifiée par Allan Kardec[1], [2] et publiée à l'origine à Paris entre 1857 et 1868[3], [4]. Kardec est pour cette raison surnommé le codificateur du spiritisme[5], [6]. Ces ouvrages fondateurs, surtout le premier, contiennent toute la doctrine qui définit le spiritisme moderne[7]. Quoique présent partout dans le monde et particulièrement populaire en Amérique Latine[8], le spiritisme initié[9] et théorisé par un philosophe français[10] est paradoxalement peu connu en France[11].

Synonymes du spiritisme d'Allan Kardec : doctrine spirite[12], philosophie spirite[13], kardécisme[14], nouvelle révélation[15], Troisième Testament[16] ou encore codification spirite[17].

Définition et présentation
Toute première apparition du mot spiritisme dans la littérature française. Le livre des Esprits, Avril 1857.

"Le spiritisme est la doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des Esprits"[18].

Cette doctrine philosophique fut définie en 1857 dans son ouvrage fondateur : Le livre des Esprits[19]. Le spiritisme accepte formellement l'existence de Dieu[20], de la vie éternelle[21], de lois morales[22] et d'une communication concrète avec divers êtres spirituels, surtout les défunts[23]. Le spiritisme soutient aussi la réincarnation, sans la considérer comme obligatoirement terrestre[24]. Sous sa forme pratique, le spiritisme expérimente différentes pratiques pour tenter de communiquer avec les esprits de l'au-delà. L'instrument utilisé lors de ces tentative est le médium[25]. Le spiritisme s'affiche comme une discipline qui ambitionne le progrès moral et intellectuel[26]. Il prétend former un trait d'union entre la science et la religion[27]. Les adeptes de cette doctrine sont nommés spirites ou spiritistes [28].

Naissance et évolution du mot "spiritisme"

Buste d'Allan Kardec.

Selon divers auteurs, Allan Kardec avait découvert le mot spiritisme pour nommer la nouvelle doctrine qu'il publia en 1857[29].

Kardec lui-même mentionna la raison de l'invention de ce nouveau mot dans l'introduction du livre des Esprits[30]. Dans le même ouvrage, Allan Kardec inventa aussi les mots "périsprit" et "spirite".

Le fait d'avoir institué un nouveau mot fut d'ailleurs reproché à Kardec, à son époque le mot "spiritisme" était quelquefois qualifié de barbarisme[31].

Ainsi, le mot "spiritisme" n'apparaît pas dans les dictionnaires français avant la fin du XIXème siècle[32]. Cependant, dans la langue anglaise, le mot "spiritism" est utilisé dès le XIXème siècle comme un terme générique pour désigner diverses pratiques ayant en commun les "échanges avec les esprits". Au cours du XXème siècle, dans la langue française, ce sens général est aussi adopté (voir l'article spiritisme).

Les livres fondamentaux[34]
Extrait d'un catalogue de 1924 mentionnant les ouvrages fondamentaux du spiritisme.

* Le livre des Esprits (Philosophie spiritualiste) - Contient les principes de la doctrine spirite, la nature des Esprits et leurs relations avec les hommes, les lois morales.

* Le livre des médiums (Spiritisme expérimental) - Contient les méthodes de communication avec les Esprits et les moyens de développer la médiumnité.

* L'Evangile selon le spiritisme - Contient l'explication des paroles du Christ et leur importance dans la vie quotidienne.

* Le Ciel et l'Enfer (La justice divine selon le spiritisme) - Contient les différentes conditions de l'âme après la mort du corps physique.

* La Genèse selon le spiritisme (Les miracles et prédictions selon le spiritisme) - Contient des explications sur la création de la Terre et sur les événements reconnus comme miraculeux.

Continuellement réédités depuis leur première parution, ces ouvrages forment actuellement toujours la référence doctrinale du Conseil Spirite Mondial.

Les livres complémentaires

Page de garde de Qu'est-ce que le spiritisme ?, édition de 1868.

Allan Kardec participa aussi à la publication d'un ouvrage de vulgarisation de la doctrine spirite intitulé : Qu'est-ce que le spiritisme ?.

A sa mort en 1869, Allan Kardec laissa nombre de textes en cours d'écriture. Ces notes hétéroclites, quelquefois non datées, formaient une source d'information secondaire. Un sixième livre dont le titre provisoire était : Les prévisions concernant le spiritisme, fut aussi retrouvé. Tous ces travaux inachevés furent regroupés par l'éditeur P. G. Leymarie quelques années plus tard et éditées sous le titre : Les œuvres posthumes d'Allan Kardec. Cet ouvrage est quelquefois réédité[35].

La doctrine spirite en résumé, selon Allan Kardec

La doctrine spirite codifiée par Kardec, repose à la fois sur la méthode expérimentale et sur une philosophie morale[36], [37].

Les principes du spiritisme expérimental

Selon le spiritisme d'Allan Kardec, l'être humain est schématiquement constitué de trois éléments[38] :

  • 1) Les différentes matières organiques, les os, les muscles, le sang, etc. Cet ensemble forme : le corps physique.
  • 2) La personnalité, l'intelligence, la conscience, la volonté, etc. Cet ensemble forme : l'esprit.
  • 3) L'énergie qui met en mouvement les muscles, le cœur, etc. et qui détermine la force du corps, sa vigueur, sa santé. Cet ensemble forme le : périsprit.

Au moment de l'apparition, les trois éléments se trouvent intimement liés[39]. Après le décès le corps est dissout et recyclé par la nature, l'Esprit survit car il est éternel et l'énergie reste toujours attachée à l'Esprit (d'où son nom de : périsprit) [40]. Comme cette énergie possède la faculté d'agir sur la matière (dans la mesure où elle animait le corps physique), alors elle peut toujours être utilisée par l'Esprit pour se manifester. Cette manifestation est facilitée par la présence d'un ou plusieurs médiums[41].

Un médium est une personne qui s'entraîne à transmettre une part de sa propre énergie aux Esprits de l'au-delà[42]. Ces derniers associent l'énergie apportée par le médium à leur propre périsprit, pour pouvoir communiquer, de différentes manières (voir l'article : spiritisme).

Les principes de la philosophie spirite

La philosophie spirite ne peut pas être résumée en quelques lignes, elle enseigne essentiellement les points suivants [43] :

  • Dieu a en premier lieu créé l'homme sous la forme d'un esprit[44], [45].
  • C'est comme esprit que chaque créature est conçue pour évoluer vers encore plus de perfection [46], [47].
  • Pour réaliser cette progression, Dieu a donné une recommandation et avec elle le libre arbitre, c'est-à-dire la liberté et la responsabilité[48].
  • Dieu a simplement prescrit aux hommes de l'aimer et d'aimer leurs identiques[49].
  • C'est-à-dire de faire pour les autres ce que nous voudrions qu'ils fassent pour nous[50].
  • Cette loi universelle conduit au progrès, puis à la perfection[52].
  • Pour progresser et réparer d'éventuelles erreurs, les esprits peuvent s'incarner[53].
  • Chaque humain sur Terre est l'un de ces esprits incarnés[54].
  • C'est-à-dire provisoirement lié à un corps de matière et sans souvenirs. L'apparition provoque une amnésie, ainsi les actes de la vie restent sincères, spontanés et non pas guidés par la mémoire antérieure[55].
  • Chacun peut découvrir les raisons de son incarnation en analysant ses mauvais penchants. La vie terrestre est un temps d'épreuves et de probation conçu pour corriger les défauts ainsi qu'à enseigner l'amour et la charité[56].
  • Une personne peut être incarnée plusieurs fois. Le nombre et les conditions des incarnations dépendent de la manière dont une personne choisit de progresser[57].
  • Les conditions de la vie sur la Terre découlent de situations antérieurs à l'apparition et aussi des décisions prises en cours de vie[58].
  • Après le décès, la position occupée dans la vie spirituelle correspond aussi au mérite personnel[59].
  • Les esprit non incarnés peuvent communiquer avec l'humanité[60].
  • L'objectif de cette communication avec l'au-delà est double. Premièrement, obtenir la preuve de la vie éternelle et deuxièmement en tirer un enseignement pratique. Les esprits arrivés à un haut niveau témoignent de leur joie et enseignent comment atteindre un bonheur identique. Les esprits toujours peu évolués sollicitent des conseils et attestent de la souffrance causée par leur manque d'amour et de charité[61].

Quelques slogans du spiritisme :

  • «Hors la charité point de salut.» (slogan le plus courant)
  • «Il n'y a de foi inébranlable que celle qui peut regarder la raison face à face»
  • «Donnez gratuitement ce que vous avez reçu gratuitement»
  • «Naître, mourir, renaître toujours et progresser sans cesse, telle est la loi» (inscription au fronton de la tombe d'Allan Kardec, cimetière du Père-Lachaise, Paris).
  • «Le spiritisme est un trait d'union entre la science et la religion».

Les lois morales

Livre de Léon Denis faisant le lien entre la morale chrétienne et les lois morales du spiritisme.

La philosophie spirite est aussi chapeauté par dix lois morales[62].

  1. La loi d'adoration, fondée sur le monothéisme, elle vise une fusion de l'âme à Dieu par les actes et par la prière.
  2. La loi du travail, elle associe les efforts au progrès ainsi qu'à l'évolution.
  3. La loi de reproduction est une loi sacrée, elle réprouve le célibat et l'avortement.
  4. La loi de conservation, elle oblige à respecter la vie et les moyens de subsistance, elle réprouve formellement le suicide.
  5. La loi de destruction, elle ne concerne que le monde matériel. Par les souffrances qu'elle applique elle active le progrès général.
  6. La loi de société, l'homme ne peut progresser qu'en rendant service à ses identiques. Elle condamne l'égoïsme et l'érémitisme.
  7. La loi de progrès est absolue. L'intelligence et la morale n'avancent pas forcément de front, mais ces forces finissent toujours par s'équiliber.
  8. La loi d'égalité, l'égalité est naturelle et originelle. Les inégalités sont transitoires, matérielles, sociales, physiologiques ou autres, elles sont une école pour se perfectionner.
  9. La loi de liberté, s'il existe des contraintes matérielles, le libre arbitre est sacré. Vouloir opprimer les consciences est un crime.
  10. La loi de justice et d'amour, la justice divine est indépendante de toute justice terrestre, elle ne prend en compte que l'amour apporté à Dieu, à soi-même ainsi qu'aux autres.

L'échelle spirite [63].

Selon le spiritisme d'Allan Kardec, le décès d'une personne ne la rend ni meilleure, ni pire qu'jusque là et les habitants de l'au-delà affichent l'ensemble des qualités et l'ensemble des travers de leur personnalité[64], [65]. Il en résulte une catégorisation des esprits[66]. Une classification approximative, puisque, selon la doctrine, les Esprits ne sont totalement pas enfermés dans une catégorie, chacun pouvant progresser librement [67].

Les esprits imparfaits

Ils sont dominés par leurs passions et restent particulièrement attachés au monde matériel. Leurs propos peuvent être injurieux, arrogants ou stériles. Ils expriment leur malheur causé par la perte des honneurs ou des plaisirs terrestres. Ils comprennent difficilement la notion de Dieu. Ce type d'esprits se répartit en sous catégories :

  1. Les esprits impurs : vicieux et fourbes, promettent gloire et fortune.
  2. Les esprits légers : désœuvrés, cherchent à s‘amuser aux dépens du groupe spirite.
  3. Les esprits faux - savants : prétendent tout connaître et inventent des réponses fantaisistes sur l'ensemble des sujets.
  4. Les esprits neutres : inoffensifs, mais restent obsédés par leur ancienne vie (certains d'entre eux s'imaginent toujours vivants).
  5. Les esprits perturbateurs : tapageurs et stériles dans leurs actions.

Selon Kardec, un groupe spirite a pour mission de soulager ces esprits [68].

Les bons esprits

Ils sont fermement tournés vers le monde spirituel et ne conservent que quelques habitudes terrestres. Ils ressentent du bonheur à faire le bien et forment une communauté solidaire. Ils possèdent une bonne compréhension de Dieu et de l'infini. Ils s'opposent efficacement à l'influence des esprits imparfaits. Ce type d'esprits se répartit en sous catégories :

  1. Les esprits bienveillants : protecteurs du groupe spirite et de leurs proches restés sur Terre.
  2. Les esprits savants : spécialistes d'un domaine (musique, dessin, littérature, médecine... ).
  3. Les esprits sages : spécialistes du progrès spirituel (sérénité, paix intérieur, sagesse... ).
  4. Les esprits supérieurs : professeurs d'un haut niveau moral et intellectuel.

Selon Kardec, un groupe spirite a pour mission d'écouter ces esprits[69].

Les purs esprits

Complètement détachés de la matière et arrivés par leurs efforts dans de hautes sphères. Les purs esprits n'ont plus besoin de s'incarner. S'il le font, c'est une sacrifice auquel ils consentent pour réaliser une mission au bénéfice de l'humanité. La tradition populaire les sert à désigner sous les noms d'anges, archanges ou séraphins[70].

Le spiritisme, une religion laïque[71]

Pour des auteurs spirites, les "miracles" de la Bible sont explicables à la lumière du spiritisme

Comme mouvement social non conventionnel, autant préoccupé par le progrès que par la morale, le spiritisme est quelquefois qualifié de "religion laïque" [72]. Il puise ses convictions à la fois dans l'animisme primitif et dans les méthodes de la science moderne[73]. Il associe la tradition des druides celtes à la foi chrétienne[74]. Car en prenant constamment Jésus-Christ comme modèle[75] et en proclamant l'existence de lois morales, le spiritisme moderne est finalement profondément ancré dans le christianisme[76]. Les spirites se défendent néenmoins d'appartenir à une religion et pensent plutôt adhérer à une philosophie[77].

L'importance de Jésus

La doctrine spirite se fonde en grande partie sur l'enseignement moral de Jésus[78], qui est constamment cité en exemple. Si Jésus n'est pas reconnu comme Dieu, il est vu comme le plus haut des Esprits incarnés sur la Terre, comme un guide et comme un médium sans pareil[79].

L'importance de la réincarnation

La doctrine spirite associe les bases du christianisme avec l'idée de la réincarnation[80]. C'est par les différentes incarnations, dans des mondes adaptés à leur niveau, que les Esprits progressent vers encore plus de perfection[81].

L'importance de la science

La doctrine spirite réfute l'existence de faits miraculeux ou surnaturels et affirme que c'est par la recherche scientifique que l'homme peut étendre ses connaissances à propos de la vie après la mort[82]. Allan Kardec affirme que l'étude scientifique est le fondement d'une "foi raisonnée"[83] et que l'union de la science et de la religion est envisageable[84]. Voilà pourquoi, le spiritisme kardéciste est quelquefois qualifié de "métaphysique matérialiste"[85].

Positions doctrinales adverses

Page de garde de La religion spirite, édition de 1921. Un ouvrage catholique destiné aux jeunes et hostile au spiritisme

Pour sa prétention à rénover le christianisme ainsi qu'à expliquer logiquement des thèmes mystérieux, le spiritisme fut combattu à la fois par l'Eglise catholique et par l'occultisme[86]. Le catholicisme du XIXème siècle attribuait les manifestations spirites au démon[87] et pour l'occultisme d'origine indienne, l'âme humaine n'a pas de conscience individuelle[88]. Enfin, le spiritisme est rejeté par les partisans de l'anéantissement de la conscience au moment de la mort[89].

Sources indépendantes
  • Marion Aubrée (anthropologue) et Françoise Laplantine (anthropologue et enseignante), La Table, le Livre et les Esprits, Naissance, évolution et actualité du mouvement social spirite entre la France et le Brésil, éditions Lattès, Paris 1990.
  • Yvonne Castellan (sociologue), Le spiritisme, collections Que sais-je ?, n°641, Presses universitaires de France, 8éme édition corrigée, Paris, 1995.
  • Jacques Lantier (sociologue), Le spiritisme ou l'aventure d'une croyance, éditions Grasset, sous la direction de Louis Pauwels, Paris, 1971.
  • Djénane Kareh Tager (rédactrice en chef du magazine : Le Monde des religions), Le spiritisme, éditions Plon, collection Petite Bibliotthèque des spiritualités, Paris, 2006.
  • Jean Prieur (auteur et chercheur), Allan Kardec et son époque, éditions du Rocher, 2004.
  • Docteur Paul Gibier, Le spiritisme, étude historique, critique et expérimentale, édition Henry Durville, Paris, 1886.
  • Alain Dufour, Spiritisme Code, éditions De Vecchi, Paris, 1991, 2006.
  • Marion Aubrée, La nouvelle dynamique du spiritisme kardéciste, Institut de l'information scientifique et technique, CNRS, Paris, 2000.

Sources spirites officielles

  • L'Union Spirite Française et Francophone, Le spiritisme, qu'en savons-nous ? Tour, 2001.

Autres sources de type encyclopédique, anthologique ou étude historique

  • Jean Pierre Girard (chercheur parapsychologue), Encyclopédie de l'Au-delà, Editions Trajectoire, Paris, 2005. Encyclopédie du Paranormal, Editions Trajectoire, Paris, 2006.
  • René Louis (enseignant universitaire), Les explorateurs de l'invisible, éditions du Félin, Paris, 2000.
  • Nicolas Maillard (journaliste) et Grégory Gutierez (journaliste), Les aventuriers de l'esprit, un histoire de la parapsychologie, Presses du Chatelet, Paris 2005.

Notes et références

  1. "En 1858, Kardec fonde la Société Parisienne d'Etude Spirite. Il rédigé énormement : plusieurs plusieurs ouvrages dont les fondamentaux du spiritisme (Le Livre des Esprits qui contient la doctrine, le Livre des médiums sur les moyens de développer la communication avec l'invisible et l'Evangile selon le spiritisme qui cherche à établir une concordance entre le spiritisme et le christianisme dont Kardec se réclame). " Djénane Kareh Tager, Le spiritisme, Plon, 2006, page 43.
  2. "C'est dans les œuvres d'Allan Kardec que réside l'exposé le plus ancien, le plus complet et , disons l'aussi, le plus élevé de la philosophie spirite" Yvonne Castellan, Le spiritisme, collection Que sais-je, Presses Universitaires de France, Paris, 1995, page 42.
  3. Grâce à cette précaution, les grandes bases jetées entre 1857 et 1869 ont pu être sauvegardées : l'ensemble des spirites français professent toujours, en gros, à l'heure actuelle, les théories philosophiques d'Allan Kardec. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je ? n° 641, Presses Universitaires de France, Paris, 1995.
  4. "Le 18 avril 1857 parut son ouvrage essentiel. Rivail donna à la nouvelle doctrine le nom de "spiritisme", pour éviter toute équivoque sur le mot "spiritualisme" qui s'applique à des théories particulièrement diverses. Pour la première fois il pris le pseudonyme sous lequel il allait devenir célèbre dans le monde entier : Allan Kardec". Jacques Lantier, Le spiritisme, édition Grasset, sous la direction de Louis Pauwels, Paris, 1971, page 94/
  5. "Le Livre des Esprits, paru en 1857, remporta un succès qui étonna son auteur lui-même. Auteur n'est peut-être pas le mot qui convient, codificateur serait plus juste, car le texte de couverture ajoutait : "Selon l'enseignement donné par les Esprits supérieurs avec divers médiums" Jean Prieur, Allan Kardec et son époque, éditions du Rocher, 2004, page 64.
  6. "Le codificateur (Kardec) ne cesse à cette époque de donner des instructions. Il cherche à doter de "discipline intérieure" les centres qui se forment un peut partout en province". Marion Aubrée et Françoise Laplantine, La Table, le Livre et les Esprits, éditions Lattès, octobre 199O, page 37.
  7. "Le livre des Esprits est publié à Paris le 18 avril 1857. Il est signé Allan Kardec, mais son auteur soutient que le contenu lui a été entièrement dicté par l'Esprit de Vérité. Reconnu comme la bible spirite, ce livre contient toute la doctrine fondatrice du spiritisme tel que nous le connaissons actuellement". Djénane Kareh Tager, Le spiritisme, Plon, 2006, page 43.
  8. "Popularisé à partir des Etats-Unis avec l'aventure des sœurs Fox, puis théorisé en France par Allan Kardec, le spiritisme moderne est pratiqué légèrement partout dans le monde. " Djénane Kareh Tager, Le spiritisme, Plon, 2006, page 87.
  9. "Lors des obsèques d'Allan Kardec en 1869, Flammarion, désormais regardé comme son héritier, lit un fervent discours à la gloire de l'initiateur du spiritisme moderne" Nicolas Maillard et Grégory Gutierez, Les aventuriers de l'esprit une histoire de la parapsychologie, Presses du Cjhatelet, Paris, 2005, page 24.
  10. "La religion des esprits prit une extension nouvelle avec Allan Kardec, qui est le fondateur et le théoricien français du spiritisme moderne" René Louis, Les explorateurs de l'invisible, Editions du Félin, Paris 2000, page 212.
  11. >"La plupart des Français ignorent ce qu'est réellement le spiritisme, et jusqu'au nom d'Allan Kardec. J'étonnerai probablement énormément de lecteurs en leur révélant, pour terminer, que le rayonnement du génie français à l'étranger n'est pas forcément dû en premier lieu, comme ils le supposent, à Voltaire, à Rousseau, à la Révolution, à Napoléon ou à Pasteur, mais quelquefois à Allan Kardec ainsi qu'à son spiritisme" Jacques Lantier, Le spiritisme ou l'aventure d'une coyance, édition Grasset, sous la direction de Louis Pauwels, Paris, 1971, dernières phrases de la conclusion, page 274.
  12. "Qu'est-ce que le spiritisme ? Allons aux sources et écoutons Allan Kardec : Le spiritisme est la doctrine fondée sur l'existence, les manifestations et l'enseignement des Esprits. Bien des définitions ont été données depuis par les différents auteurs qui se sont penchés sur le spiritisme, mais rien ne vaut, je pense, celle du créateur même de la théorie spirite. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que sais-je ? n° 641, Presses Universitaires de France, 1995, page 12.
  13. "Ainsi la philosophie spirite, "dictée par les Esprits eux-mêmes", puise la majeure partie de ses éléments dans le fond occidental chrétien. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que sais-je ? n° 641, Presses Universitaires de France, 1995, page 67.
  14. Mot absent des dictionnaires, quelque fois utilisé. Par exemple :"Le succès de la doctrine de Kardec tient... Le spiritisme canalise et civilise une croyance venue de la nuit des temps.... Ce dernier point nous sert à toucher du doigt une troisième raison du succès de la synthèse kardéciste. " Marion Aubrée et Françoise Laplantine, La Table, le Livre et les Esprit, éditions JC Lattès, Paris 1990, page 83.
  15. Par exemple : "L'échelle spirite est un des points important de la nouvelle révélation" Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je n°641, Presses Universitaires de France, 1995, page 47.
  16. "En mettant l'accent, dans son éloge funèbre d'Allan Kardec, sur la "doctrine" qu'il qualifiait de "Troisième Testament", Camille Flammarion touchait du doigt une question épineuse... " Djénane Karek Tager, Le spiritisme, Plon, 2006, page 53.
  17. Expression plus moderne (voir sur Internet : "codification spirite")
  18. Définition d'Allan Kardec reprise partiellement dans l'encyclopédie Larousse (2005) et totalement dans le Que-sais-je n° 641 consacré au spiritisme (Presses Universitaires de France).
  19. «Le Livre des Esprits contient la doctrine spirite... il porte en tête de son titre les mots : philosophie spiritualiste.» Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction.
  20. «Dieu est éternel, immuable, immatériel, unique, tout-puissant, souverainement juste et bon.» Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6.
  21. «L'âme avait son individualité avant son incarnation ; elle la conserve après sa séparation du corps.» Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  22. «Parmi les lois divines, les unes règlent le mouvement et les rapports de la matière brute : ce sont les lois physiques ; leur étude est du domaine de la science. Les autres concernent particulièrement l'homme en lui-même et dans ses rapports avec Dieu et avec ses identiques. Elles comprennent les règles de la vie du corps autant que celles de la vie de l'âme : ce sont les lois morales.» Allan Kardec, Le livre des Esprits, 3ème partie, chapitre 1, question 617
  23. «Les Esprits se manifestent spontanément ou sur évocation. On peut évoquer l'ensemble des Esprits : ceux qui ont animé des hommes obscurs, comme ceux des personnages les plus illustres, quelle que soit l'époque à laquelle ils ont vécu ; ceux de nos parents, de nos amis ou de nos ennemis...» Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  24. «L'Esprit devant passer par plusieurs incarnations, il en résulte que nous tous avons eu plusieurs existences, et que nous en aurons toujours d'autres plus ou moins peaufinées, soit sur cette terre, soit dans d'autres mondes.» Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  25. «Les communications ostensibles (des esprits) ont lieu au moyen de l'écriture, de la parole ou autres manifestations matérielles, le plus fréquemment par l'intermédiaire des médiums qui leur servent d'instruments.» Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  26. «Nous espérons qu'il (le spiritisme) aura un autre résultat, c'est de guider les hommes désireux de s'éclairer, en leur montrant, dans ces études, un but grand et sublime : celui du progrès individuel et social, et de leur indiquer la route à suivre pour l'atteindre», Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction, chapitre 17
  27. «Le spiritisme, en expliquant la majorité de ces faits, leur donne une raison d'être. Il vient par conséquent en aide à la religion en démontrant la possibilité de certains faits qui, pour n'avoir plus le caractère miraculeux, n'en sont pas moins extraordinaires, et Dieu n'en est ni moins grand, ni moins puissant, pour n'avoir pas dérogé à ses lois.» Allan Kardec, Le livre des médiums, 1ère partie, chapitre 2, paragraphe 16
  28. «Les adeptes du spiritisme seront les spirites ou, si on veut, les spiritistes.» Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction, chapitre 1
  29. - 1) Jean Prieur, Allan Kardec et son époque, éditions du Rocher, 2004, page 44 : "... elle ne s'intéressait plus qu'au modern spiritualim - pour parler comme les Anglo-Saxons - puisque Allan Kardec n'avait pas encore créé le mot spiritisme. Fascinée par les mystères de l'au-delà, elle ne rêvait que de faire connaître connaître urbi et en particulier orbi. " - Page 62 : "Le livre des esprits, refusé partout, connaîtra une audience extraordinaire. Il sera réédité cinquante fois en cinquante ans. Il suscitera la vocation de Camille Flammarion, puis celle de Léon Denis et de tant d'autres. Il deviendra la bible du spiritisme, mot forgé par Allan Kardec pour le distinguer du spiritualisme philosophique et du modern spiritualism anglo-saxon. " - 2) Jacques Lantier, Le spiritisme, Grasset, collection dirigée par Louis Pauwels, 1971, page 94 : "Le 18 avril 1857 parut son ouvrage essentiel. Rivail donna à la nouvelle doctrine le nom de spiritisme, pour éviter toute équivoque sur le mot spiritualisme qui s'applique à des théories particulièrement diverses. " - 3) Djénane Kareh Tager, le spiritisme, Plon, 2006, page 43 : "En 1858, Kardec fonde la Société parisienne d'études spirites et La revue spirite (c'est d'ailleurs lui qui institue le mot "spiritisme", à partir de l'anglais spirit, esprit). "
  30. "Pour les choses nouvelles il faut des mots nouveaux, ainsi le veut la clarté du langage, pour éviter la confusion inséparable du sens multiple des mêmes termes. Les mots spirituel, spiritualiste, spiritualisme ont une acception bien définie ; leur en donner une nouvelle pour les appliquer à la doctrine des Esprits serait multiplier les causes déjà si nombreuses d'amphibologie. En effet, le spiritualisme est l'opposé du matérialisme ; quiconque croit avoir en soi autre chose que la matière est spiritualiste ; mais il ne s'ensuit pas qu'il croie à l'existence des Esprits ou à leurs communications avec le monde visible. Au lieu des mots spirituel, spiritualisme, nous employons pour désigner cette dernière croyance ceux de spirite et de spiritisme, dont la forme rappelle l'origine et le sens radical, et qui par cela même ont l'avantage d'être idéalement intelligibles, réservant au mot spiritualisme son acception propre. Nous dirons par conséquent que la doctrine spirite ou le spiritisme a pour principes les relations du monde matériel avec les Esprits ou êtres du monde invisible. " Allan Kardec, Le Livre des Esprits, premières lignes.
  31. "Je vous demanderai en premier lieu quelle obligation il y avait à créer les mots nouveaux de spirites, spiritisme pour remplacer ceux de spiritualimse, spiritualiste qui sont dans le langage vulgaire et compris de n'importe qui ? J'entendais quelqu'un traiter ces mots de barbarismes. " extrait de Qu'est-ce que le spiritisme ? Allan Kardec, premier entretien, le critique, réédition de 1924, page 19.
  32. Voir par exemple [http ://dictionnaires. atilf. fr/dictionnaires/onelook. htm les dictionnaires en ligne.
  33. "Quelques penseurs crurent pouvoir fonder une doctrine nouvelle avec communications qu'ils obtenaient, et ces documents "d'outre-tombe", comme on les appelait, furent colligés, contrôlés, revus et corrigés par des "esprits" supérieurs. Rivail, qui selon ce qu'on dit sur le conseil des mêmes esprits, avait changé son nom pour le nom celtique d'Allan Kardec, fit avec ces mêmes rédigés, obtenus de différentes manière, des ouvrages (note mentionnant la liste des cinq livres) qui sont actuellement comme l'évangile des spirites français. " Docteur Paul Gibier, Le spiritisme, étude historique, critique et expérimentale, éditions Henri Durville, Paris, 1886.
  34. "En 1858, Kardec fonde la Société Parisienne d'Etude Spirite. Il rédigé énormement : plusieurs ouvrages dont les fondamentaux du spiritisme (Le Livre des Esprits qui contient la doctrine, le Livre des médiums sur les moyens de développer la communication avec l'invisible et l'Evangile selon le spiritisme qui cherche à établir une concordance entre le spiritisme et le christianisme dont Kardec se réclame). " Djénane Kareh Tager, Le spiritisme, Plon, 2006, page 43.
  35. Par exemple l'édition de 1978 par Devy-Livres, ISBN 2-85076-412-4
  36. "Son Livre des esprits, dont nous tirons principalement l'exposé de la doctrine, se présente comme un catéchisme commenté. Le dispositif est complet et comprend une métaphysique toute pénétrée de considération physiques ou génétiques, et une morale. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je n°641, Presse Universitaires de France, 1995, page 44.
  37. "La science spirite comprend deux parties : l'une expérimentale sur les manifestations généralement, l'autre philosophique sur les manifestations intelligentes". Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction, chapitre 17.
  38. «Il y a dans l'homme trois choses : 1° le corps ou être matériel analogue aux animaux, et animé par le même principe vital ; 2° l'âme ou être immatériel, Esprit incarné dans le corps ; 3° le lien qui unit l'âme et le corps, principe intermédiaire entre la matière et l'Esprit.» Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  39. «L'âme est un Esprit incarné dont le corps n'est que l'enveloppe.» Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  40. «... le corps n'est par conséquent qu'un accessoire de l'Esprit, une enveloppe, un vêtement qu'il quitte lorsqu'il est usé. Outre cette enveloppe matérielle, l'Esprit en a une seconde, semi-matérielle, qui l'unit à la première ; à la mort, l'Esprit se dépouille de celle-ci, mais non de la seconde à laquelle nous donnons le nom de périsprit.» Le livre des médiums, 1ère partie, chapitre 1, paragraphe 3
  41. «... le fluide propre du médium se combine avec le fluide universel accumulé par l'Esprit ; il faut l'union de ces deux fluides...» Le livre des médiums, 2ème partie, chapitre 4, paragraphe 14
  42. «l'Esprit du médium sympathise plus ou moins avec les Esprits étrangers qui trouvent en lui la puissance fluidique indispensable. Il en est de cette puissance comme de celle des magnétiseurs, qui est plus ou moins grande.» Le livre des médiums, 2ème partie, chapitre 4, paragraphe 19
  43. "On ne peut prétendre résumer en quelques pages l'œuvre abondante, multiple et multiforme, tantôt simple et tantôt hermétique d'Allan Kardec. On se limitera par conséquent à indiquer ici ce que le profane peut en retenir en empruntant à l'auteur lui-même l'argumentation qu'il utilise pour étayer sa thèse" Jacques Lantier, Le spiritisme, sous la direction de Louis Pauwels, Grasset, Paris, 1971, page 99.
  44. "Dieu est l'intelligence suprême, cause première de toute chose... L'univers a été créé par un acte de volonté divine. Les êtres vivants sont dus à l'éclosion de germes qui étaient en premier lieu disséminés dans l'éther avant que la terre fût... " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je n° 641, Presses Universitaires de France, 1995, page 45
  45. «Le monde spirite est le monde normal, primitif, éternel, préexistant et survivant à tout. Le monde corporel n'est que secondaire ; il pourrait cesser d'exister, ou n'avoir jamais existé, sans altérer l'essence du monde spirite.» Allan Kardec, Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  46. "Comme on le voit, ni anges créés anges, ni démons créés démons pour l'éternité. Rien que des âmes sur le chemin de la perfection. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je n° 641, Presses Universitaires de France, 1995, page 49
  47. «Pour arriver à la perfection et au bonheur suprême qui est l'objectif final de l'ensemble des hommes, l'Esprit doit-il passer par la filière de l'ensemble des mondes qui existent dans l'univers ? Non, car il y a énormément de mondes qui sont au même degré, et où l'Esprit n'apprendrait rien de nouveau.» Allan Kardec, Le livre des Esprits, question 177.
  48. «Le libre arbitre se développe à mesure que l'Esprit prend la conscience de lui-même. Il n'y aurait plus liberté si le choix était sollicité par une cause indépendante de la volonté de l'Esprit...» Le livre des Esprits, question 122
  49. «La morale des Esprits supérieurs se résume comme celle du Christ en cette maxime évangélique : Agir envers les autres comme nous voudrions que les autres agissent envers nous-mêmes ; c'est-à-dire faire le bien et ne point faire le mal. L'homme trouve dans ce principe la règle universelle de conduite pour ses moindres actions.» Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  50. «Jésus vous l'a dit : voyez ce que vous voudriez qu'on fît ou ne fît pas pour vous : tout est là. Vous ne vous tromperez pas.» Le livre des Esprits, question 632
  51. " Quel est le type le plus parfait que Dieu ait offert à l'homme pour lui servir de guide et de modèle ? Voyez Jésus.» Le livre des Esprits, question 625
  52. «Dieu a créé l'ensemble des Esprits simples et ignorants, c'est-à-dire sans science. Il leur a donné à chacun une mission dans l'objectif de les éclairer et de les faire arriver progressivement à la perfection par la connaissance de la vérité et pour les rapprocher de lui. Le bonheur éternel et sans mélange est pour eux dans cette perfection" Le livre des Esprits, question 115
  53. " La vie matérielle est une épreuve qu'ils doivent subir à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'ils (les esprits) aient atteint la perfection absolue ; c'est une sorte d'étamine ou d'épuratoire d'où ils sortent plus ou moins purifiés.» Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  54. «Parmi les différentes espèces d'êtres corporels, Dieu a choisi l'espèce humaine pour l'incarnation des Esprits arrivés à un certain degré de développement, c'est ce qui lui donne la supériorité morale et intellectuelle sur les autres.» Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  55. "Au moment de l'apparition, l'Esprit recouvre-t-il immédiatement la plénitude de ses facultés ? Non, elles se développent graduellement avec les organes. C'est pour lui une nouvelle existence.. " Le livre des Esprits, question 352
  56. «Quel est l'objectif de l'incarnation des Esprits ? Dieu la leur impose dans l'objectif de les faire arriver à la perfection : pour les uns, c'est une expiation ; pour d'autres, c'est une mission. Mais, pour arriver à cette perfection, ils doivent subir l'ensemble des vicissitudes de l'existence corporelle... " Le livre des Esprits, question 132
  57. «A chaque existence nouvelle, l'Esprit fait un pas dans la voie du progrès ; lorsqu'il s'est dépouillé de toutes ses impuretés, il n'a plus besoin des épreuves de la vie corporelle.» Le livre des Esprits, question 168
  58. «l'Esprit (qui va s'incarner) a-t-il la conscience et la prévision des choses qui lui arriveront au cours de la vie ? Il choisit lui-même le genre d'épreuves qu'il veut subir, et c'est en cela que consiste son libre arbitre.» Le livre des Esprits, question 258
  59. "La conséquence de la vie future est la responsabilité de nos actes" Le livre des Esprits, question 962
  60. " Les relations des Esprits avec les hommes sont constantes " Le Livre des Esprits, introduction, chapitre 3
  61. «La morale des Esprits supérieurs se résume comme celle du Christ... Ils nous enseignent que l'égoïsme, l'orgueil, la sensualité sont des passions qui nous rapprochent de la nature animale en nous attachant à la matière... Le livre des Esprits, introduction, chapitre 6
  62. "L'édifice spirite est couronné par une morale en dix lois, formant dans leur ensemble la loi divine ou naturelle, synthétisée par cette réponse de Jésus : Tu aimeras le seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âmes et de toutes tes forces, et tu aimeras ton prochain comme toi même pour amour de lui... Prenons rapidement les dix lois morales une à une. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je n°641, Presses Universitaires de France, Paris, 1995, pages 55 et 56.
  63. "L échelle spirite est un des points importants de la nouvelle révélation" Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je n°641, Presses Universitaires de France, 1995, page 47. Voir aussi : l'échelle spirite, Le livre des Esprits, Livre II, chapitre 1er, questions 100 à 113.
  64. "Notez bien, nous ne saurions le redire trop fréquemment, que nous ne sommes qu'un narrateur : nous racontons. Néanmoins constatons que la doctrine commune aux brahmes ainsi qu'à Allan Kardec reste conséquente avec elle même; en effet, si l'homme se survit, il n'y pas de raison pour que tu jour au lendemain il acquière l'omniscience et l'omnipotence, ce n'est que lentement que l'esprit, s'il existe, doit perdre les mauvaises habitudes qu'il a contractées mais aussi les pernicieuses opinions qu'il a professées au cours de la vie terrestre. " Docteur Paul Gibier, Le spiritisme, étude historique, critique et expérimentale, éditions Henri Durvile, Paris, 1886.
  65. "Ajoutons toujours cette considération qu'on ne doit jamais perdre de vue, c'est que parmi les Esprits, autant que parmi les hommes, il en est de fort ignorants, et qu'on ne saurait trop se mettre en garde contre la tendance à croire que tous doivent tout savoir parce qu'ils sont Esprits" Allan Kardec, Le livre des Esprits, question 100.
  66. "La classification des Esprits est basée sur le degré de leur avancement, sur les qualités qu'ils ont acquises et sur les imperfections dont ils ont toujours à se dépouiller. Cette classification, du reste, n'a rien d'absolu ; chaque catégorie ne présente un caractère tranché que dans son ensemble ; mais d'un degré à l'autre la transition est insensible et , sur les limites, la nuance s'efface comme dans les règnes de la nature, comme dans les couleurs de l'arc-en-ciel, ou bien toujours comme dans les différentes périodes de la vie de l'homme. On peut par conséquent former un plus ou moins grand nombre de classes, selon le point de vue sous lequel on considère la chose. " Allan Kardec, Le livre des Esprits, chapitre : échelle spirite)
  67. Selon l'échelle spirite, Le livre des Esprits, Livre II, chapitre 1er, questions 100 à 113.
  68. "Parmi les Esprits inférieurs, ils y en a qui sont malheureux. Quelles que puissent être les fautes qu'ils expient, leurs souffrances sont des titres d'autant plus grands à notre commisération, que personne ne peut se flatter d'échapper à cette parole du Christ : Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre. La bienveillance que nous leur témoignons est un soulagement pour eux; à défaut de sympathie, ils doivent trouver l'indulgence que nous voudrions qu'on eût pour nous. " Allan Kardec, Le livre des médiums, seconde partie, chapitre XXV.
  69. "Le degré de supériorité ou d'infériorité des Esprits indique naturellement le ton qu'il convient de prendre avec eux. Il est évident que plus ils sont élevés, plus ils ont droit à notre respect, à nos égards ainsi qu'à notre soumission. " Allan Kardec, Le livre des médiums, seconde partie, chapitre XXV.
  70. Selon l'échelle spirite, Le livre des Esprits, Livre II, chapitre 1er, questions 100 à 113.
  71. Le spiritisme, religion laïque est le titre d'un chapitre de : La Table, le Livre et Les Esprit de Marion Aubrée et François Laplantine, éditions JC Lattès, Paris, 1990, page 54.
  72. "N'ayant ni clergé, ni culte, ni temple, ni rituel (du moins en apparence), proscrivant tout sacrement, le spiritisme est un mouvement social non conventionnel pour lequel l'Eglise n'a plus sa raison d'être, car nous savons que nous sommes tous médiums et si sacerdoce il y a, il est désormais l'affaire de n'importe qui. On peut dire que c'est une religion, à condition d'ajouter que c'est une religion "laïque" pour reprendre la formule de Charles Fauvety, l'auteur d'un ouvrage intitulé Spiritisme et anarchisme, une "religion naturelle", et "universelle" (Léon Denis), une religions de libre penseurs, une religion fondée sur la science ou plutôt sur une de ses représentations historiques, une "foi rationnelle" comme disent actuellement les spirites brésiliens. " Marion Aubrée et François Laplantine, La Table, le Livre et les Esprits, JC Lattès, Paris, 1990, page 54.
  73. "Le spiritisme moderne reprend à son compte les théories les plus primitives et essaye de les étayer non seulement au moyen d'observations nouvelles de phénomènes surnaturels, mais avec arguments scientifiques. " Jacques Lantier, Le spiritisme, Grasset, Paris, 1971, page161.
  74. "Les kardécistes fondent leur doctrine à la fois sur la tradition celte et sur la tradition chrétienne". Jacques Lantier, Le spiritisme, Grasset, Paris, 1971, page161.
  75. "Jésus est un esprit d'élite, certes, qu'on nous propose à chaque instant comme modèle, un esprit sans pareil. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je N° 641, Presses Universitaires de France, page 64
  76. "En somme, sur une métaphysique révolutionnaire en bien des points, une morale chrétienne respectant les traditions. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je N° 641, Presses Universitaires de France, page 58
  77. "Se plaçant sur le terrain même des religions, le spiritisme n'est pas à proprement parler une religion au sens où on l'entend généralement. Ou plus précisément il cherche avec une bonne foi absolue à ne pas se présenter comme tel. Le spiritisme n'est pas une religion, disait Kardec... " Marion Aubrée et François Laplantine, La Table, Le livre et les Esprits, JC Lattès, Paris, 1990, page 54
  78. "Et en particulier il (Kardec) affirme que la moralité du spiritisme n'est guère différente de celle de Jésus" Djénane Kareh Tager, Le spiritisme, Plon, Paris, 2006, page 54.
  79. "Jésus est un Esprit d'élite, certes, qu'on nous propose à chaque instant comme modèle, un Esprit sans pareil. Le sommet des Esprits sublimes, mais un Esprit comme tout homme. L'Evangile est expliqué selon la constitution périspritique de l'homme et médianimique de Jésus. Jésus est médium, thaumaturge et voyant. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je ? n° 641, Presses Universitaires de France, Paris, 1995, page 64.
  80. "Allan Kardec, qui se réclame du christianisme, a toujours insisté sur le fait que la doctrine spirite ne contredit en rien la doctrine chrétienne. Or l'un des piliers essentiels du kardécisme est la croyance (très peu chrétienne!) en la réincarnation de l'âme, dans un but d'élévation et de purification. " Djénane Kareh Tager, Le spiritisme, Plon, Paris, 2006, page 62
  81. "Un peu à la manière du samsara, la roue des existences du boudhisme et de l'hindouisme, d'autant que Kardec postule, précisément comme ces deux traditions, l'existence de différents mondes. La réincarnation de l'âme intervenant dans ce monde que nous connaissons, qui est "l'un des plus matériels et des plus arriérés", ou dans un monde parallèle plus adapté au degré d'avancement de l'âme. " Djénane Kareh Tager, Le spiritisme, Plon, Paris, 2006, page 62.
  82. "L'activité évocationnelle, désormais sérieuse, morale et philosophique, est aussi "scientifique". Nous l'avons vu, Allan Kardec repousse vivement l'idée d'une action contre nature dans l'intervention des Esprits. Un Esprit n'est pas un être surnaturel, c'est un homme comme les autres, mais vêtu d'un périsprit aux propriétés connues au lieu d'être revêtu de chair. Une fois le périsprit analysé dans ses propriétés, aucune action des Esprits qui ne soient explicable "physiquement" et non surnaturellement" Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je ? n° 641, Presses Universitaires de France, Paris, 1995, page 63.
  83. "La résistance de l'incrédule, il faut en convenir, tient fréquemment moins à lui qu'à la manière dont on lui présente les choses. A la foi il faut une base, et cette base c'est l'intelligence idéale de ce qu'on doit croire ; pour croire il ne suffit pas de voir, il faut en particulier comprendre. La foi aveugle n'est plus de ce siècle ; or, c'est exactement le dogme de la foi aveugle qui fait actuellement le plus grand nombre des incrédules, parce qu'elle veut s'imposer, et qu'elle exige l'abdication d'une des plus précieuses prérogatives de l'homme : le raisonnement et le libre arbitre. C'est cette foi contre laquelle en particulier se raidit l'incrédule, et dont il est vrai de dire qu'elle ne se commande pas ; n'admettant pas de preuves, elle laisse dans l'esprit un vague d'où naît le doute. La foi raisonnée, celle qui s'appuie sur les faits et la logique, ne laisse après elle aucune obscurité ; on croit, parce qu'on est certain, et on n'est certain que quand on a compris ; voilà pourquoi elle ne fléchit pas ; car il n'y a de foi inébranlable que celle qui peut regarder la raison face à face à l'ensemble des âges de l'humanité.» Allan Kardec, L'Évangile selon le spiritisme, chapitre 19, paragraphes 6 et 7.
  84. «La science et la religion n'ont pu s'entendre jusqu'à ce jour, parce que, chacune envisageant les choses à son point de vue exclusif, elles se repoussaient mutuellement. Il fallait quelque chose pour combler le vide qui les séparait, un trait d'union qui les rapprochât ; ce trait d'union est dans la connaissance des lois qui régissent le monde spirituel et ses rapports avec le monde corporel, lois tout aussi immuables que celles qui règlent le mouvement des astres et l'existence des êtres. Ces rapports une fois constatés par l'expérience, une lumière nouvelle s'est faite : la foi s'est adressée à la raison, la raison n'a rien trouvé d'illogique dans la foi, et le matérialisme a été vaincu.» Allan Kardec, L'Évangile selon le spiritisme, chapitre 1, paragraphe 8.
  85. "Parce qu'il a cherché dès sa fondation à réconcilier les avancées techniques et scientifiques de son temps avec une recherche spirituelle, le kardécisme peut être qualifié de métaphysique matérialiste. " Marion Aubrée, La nouvelle dynamique du spiritisme kardéciste, CNRS, Institut de l'information scientifique et technique, Paris, 2000, page 2.
  86. "Le spiritisme, rénovateur de la tradition chrétienne à la lumière orientale, fut aussitôt renié par ses deux co-auteurs spirituels : l'Eglise catholique et l'occultisme indien. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je n°641, Presses Universitaires de France, 1995, page 106.
  87. "Si elle (l'Eglise catholique) admet la production frauduleuse largement de faits spirites, elle reconnaît un résidu irréductible qu'elle codamne vigoureusement comme œuvre du démon. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je n°641, Presses Universitaires de France, 1995, page 107.
  88. "Elle (l'âme humaine) est indifférente, aveugle, simple véhicule d'une force suprême de nature dynamique... elle n'est pas consciente. " Yvonne Castellan, Le spiritisme, Que-sais-je n°641, Presses Universitaires de France, 1995, page 111.
  89. "Et puis, évidemment, le message spirite rencontrait l'indifférence ou le mépris de tous ceux qui trouvaient commode de ne pas se soucier de l'après-mort, mais de tirer la meilleure partie envisageable des jours, semaines, mois ou années qui leur restaient à vivre. " Giovano Sciuto, Guide du spiritisme, éditions Marabout, collection Savoir pratique, Paris, 1991, page 225.

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Spiritisme_(Allan_Kardec).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/07/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu